Arquivo de 10 de Maio, 2011

Linguagem On-line

Nas aulas de Introdução aos Novos Média temos vindo a discutir acerca da “linguagem on-line”, ou melhor, da forma como a linguagem se modifica numa conversa ou contexto on-line, seja numa rede social, fórum, etc.

De facto, todos estamos de acordo em relação a este assunto, pelo menos todos conseguimos identificar essas variações. E nem precisamos de nos ligar à internet para constatarmos esse fenómeno, basta que passemos uma vista de olhos nas mensagens (SMS) que trocamos através dos nossos dispositivos móveis. Não falamos da mesma forma sem dúvida.

Ou seja, o simples facto de a comunicação estar a ser mediada por um dispositivo conduz a uma alteração na forma como apresentamos o conteúdo. Quer seja através da utilização de abreviaturas (ex.: ñ), “sorrisos” (ex.:  =’) ) ou expressões (ex.: LOL), que verdadeiramente não verbalizamos no dia-a-dia. Contudo, também há quem tente resistir a esta tentação mas, por mais resistente que qualquer um seja a utilizar estas formas, é inevitável depararmo-nos com elas. Quer seja para se poupar espaço/caracteres, quer seja para se teclar mais rápido ou simplesmente por vício e descuido, todos nós acabamos por beber um pouco desta água.

Além disso, parece que a comunicação mediada por dispositivos nos leva, por vezes, a descuidar-nos na formalidade/informalidade com que comunicamos. E assim, talvez por força do hábito, há quem não tenha cuidado nenhum, ou quase nenhum, quando redige um e-mail, ou redige num local de acesso público ou semipúblico, como num blogue ou no Facebook por exemplo. O que leva a muitas gafes, como foi o caso de José Lello (dirigente do partido socialista) no passado 25 de Abril. Claro que o mesmo justificou o assunto com um erro.

Mas muitos são os que não têm cuidado com a forma consoante o contexto, confundindo-se internet com plataformas. A internet é o conjunto de redes sustentadas por servidores, às quais nos ligamos. As plataformas são os sites, blogues, redes sociais, que utilizamos para comunicar. Como tal temos que perceber que, como estar numa sala de aula é diferente de estar numa esplanada, também há uma diferença entre aquilo que é dito entre amigos no MSN e o que é dito para o mundo num blogue ou no mural do Facebook, por exemplo.

Notícia referida:

“Este presidente é mesmo foleiro. Nem sequer convidou os deputados para a cerimónia do 25 Abril”, afirmou José Lello na sua página no Facebook.

(…)

 “Se estivesse a exprimir-me publicamente utilizaria o politiquês e diria que o Presidente da República não foi suficientemente abrangente e, portanto, aquilo que eu disse senti”, acrescentou à RR.

(…)

In www.publico.pt

João Miguel C. Pereirinha

Anúncios

Le World Wide Web contrôlé par les Etats

Le Net nous semble être un lieu sûr où on se sent en confiance pour parler, divulguer nos opinions en toute liberté, donner notre avis ouvertement. Ne devrions pas nous méfier de ce média qui s’impose de plus en plus dans nos vies ?

En France cela nous parait lointain et on ne se sent pas concernés. Et pourtant, l’Etat prend déjà position contre la liberté d’expression qui semble permise par Internet. En effet, on peut voir qu’un retrait de vidéos à été imposé à Daily Motion et Youtube, ces vidéos des Guignols de Canal+ se moquaient du fils de Nicolas Sarkozy.

En Chine ce contrôle est une réalité effrayante, où la censure est le maître mot. Comme le dit le journal Le Figaro:

Les cercles les plus conservateurs du pouvoir pékinois rêveraient de transformer l’Internet chinois en gigantesque Intranet pour 1,3 milliard d’habitants, un réseau interne ne puisant aux sources du Web mondial que le juste nécessaire. En tout cas, étanche à ses contenus nuisibles moralement… et politiquement.

La Chine n’est malheureusement pas un cas à part :

Carte mondiale de la Cyber Censure

En Chine, un “pare-feu” à l’échelle du pays empêche donc d’accéder à une bonne partie du Web. C’est aussi le cas en Birmanie, où deux fournisseurs d’accès sont réservés au pouvoir et un autre à la population, ce qui permet de bloquer le Web à la demande. A Cuba et au Turkménistan, Internet est en réalité un Intranet contrôlé, avec un nombre limité de sites accessibles. En Corée du Nord, l’accès Internet n’existe pratiquement pas, réservé à quelques dirigeants du régime.

Ces censures sont toujours dénoncées dans le monde entier. Il paraît encore impossible qu’au XXIème Siècle, des gens ne puissent pas parler librement.

Julia Alberti

Le gouvernement en ligne

A l’heure du développement des nouveaux médias, les gouvernements aussi veulent en profiter pour se moderniser, s’améliorer et se rendre plus accessibles. Plusieurs stades de dématérialisation de l’information ou de transactions existent: l’information en ligne, le téléchargement de formulaire à imprimer, le formulaire à remplir en ligne, et à valider en ligne, la demande ou déclaration en ligne, la dématérialisation complète, via offre d’un compte et espace personnel de suivi et possibilité de transaction, historique, etc.

Selon un rapport commandé par le gouvernement et rendu en février 2010, il y avait en France en 2009  700 sites internet appartenant à des administrations de l’État ou associées, visités par 18 millions de personnes. Peu de services publics permettent le paiement en ligne (essentiellement les amendes des infractions constatées par les radars automatiques et le paiement des impôts), notamment en raison de l’obligation de refonte de la chaine de traitement comptable des paiements.

L’administration électronique est une métamorphose progressive des bureaucraties du monde entier avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication et suggère une transformation de l’idée même de service public. La logique du guichet et de la file d’attente sous-entend qu’il appartient au citoyen de satisfaire aux exigences de l’administration, de complaire à ses modalités de fonctionnement. Avec l’avènement de services mis en ligne, c’est le corps administratif qui se rapproche du citoyen, jusqu’à venir à sa porte – ou dans son bureau, dans son salon – pour organiser ses services en fonction de l’administré. La vraie révolution est qu’il n’y a plus à imposer à l’usager, au citoyen, un cheminement fastidieux pour assurer une efficacité interne : c’est la convergence des besoins de l’individu et du meilleur fonctionnement des institutions.

Julia Alberti


Calendário

Maio 2011
S T Q Q S S D
« Abr   Jun »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Estatística

  • 821.566 hits

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Junte-se a 1.227 outros seguidores

Anúncios